Fanorona : jeu à la Malagasy

0 Comments

Madagascar a sa propre culture et ses propres coutumes. C’est une île ayant beaucoup d’histoires. Le fanorona est un jeu mais également une culture qui se transmet de génération en génération.

Présentation du jeu

C’est un jeu de société combinatoire abstrait, joué par deux personnes. C’est un jeu symbolique et datant d’au moins quatre siècles. Les règles du jeu sont à la fois simples et compliquées. Pour faire simple, le jeu est présenté sous forme de tableau qu’on appelle en malgache « lakapanorona ». Il faut souligner que ce tableau peut être soit un plateau en bois, une pierre, un papier, un carton ou même dessiner par terre. Vous l’aurez compris, c’est un jeu d’origine malgache.
Toutefois, il est également joué dans d’autres pays. Sur ledit tableau il y a cinq rangs et neuf colonnes, avec 22 pierres de couleur différentes (notamment blanche et noire) avec un trou central. Il existe trois types de fanorona : « fanoron-telo » ou fanorom-bazaha, « fanorona dimy », « fanoron-tsivy ».On distingue ces trois types par leur taille.
Le but du jeu est de capturer les pierres de son adversaire et de faire en sorte que ces dernières ne puissent plus se déplacer. Ce capture se fait par deux moyens : soit par rapprochement : c’est-à-dire rapprocher les pierres vers les pierres de l’adversaire, la percussion ; soit par éloignement, ou ce qu’on appelle aspiration. En gros, pour pouvoir capturer une pierre, il faudrait toujours faire en sorte qu’il y ait une case libre soit devant soit en arrière pour pouvoir avancer.

Règles du jeu

Ensuite, pour gagner la partie, il faut capturer toutes les pierres de son adversaire, notamment les pierres qui se situent sur l’axe sur lequel on a fait avancer la première pierre à capturer. Les règles du fanorona sont assez difficiles à expliquer. Toutefois, quand on y joue, ces dernières deviennent de plus en plus claires et plus logiques.
Une des grandes particularités de ce jeu, les joueurs ne sont pas obligés de capturer les pierres de son adversaire même si elles se trouvent devant eux. Même si certaines règles sont similaires aux règles du jeu de dames, cette dernière règle en fait toute sa particularité. Aussi, le fanorona laisse une chance à la partie vaincue de se rattraper, c’est ce qu’on appelle le « vela ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *